Lundi 22 juin 1999.
SINOP. (Mato Grosso).

La matinée a été, pour certains, consacrée à la visite au campus de l'Université d'État du Mato Grosso à SINOP, pour d'autres à des relevés GPS (Global Positionning System) de la ville pour pouvoir réaliser des corrections géométriques sur des images satellites. La FAC se trouve en pleine forêt dans des locaux qui ressemblent à un village Lego (des gros blocs jaunes, rouges et bleus). Les moyens sont très faibles; la bibliothèque ne recense qu'une dizaine d'ouvrages de géographie qui sont en plus relativement vieux (les plus jeunes dataient des années soixante-dix), les autres sciences n'ont pas plus de chance. En effet, suite à la crise économique et financière qui a touchée le Brésil au milieu des années quatre-vingt-dix, le gouvernement a considérablement baissé les budgets alloués à l'éducation, de plus le peu d'argent qui existe n'est pas forcément bien investi. L'Université de Cuiaba avait par exemple acheté une vingtaine de bus, bus qui n'ont une utilité que très relative actuellement mais en contrepartie, elle n'a plus eu assez de moyens pour développer son parc informatique.
Nous sommes partis, relativisant notre manque de matos à Rennes 2, vers la "colonizadora de SINOP". C'est l'organisme qui a et qui gère toujours les attributions de terres. On a pu y voir une galerie de portraits des pionniers et un film nous expliquant comment cette ville s'était fondée ainsi que les projets d'expansion actuels. Après un repas consistant nous nous avons fait une petite visite de la préfecture (l'équivalent de la mairie pour nous) où "la mairesse" nous a vanté les mérites de sa ville.
De retour à l'hôtel, nous avons retrouvé nos cameramen ainsi qu'un groupe qui était parti pendant trois jours faire des relevés terrains dans le municipe de Sorriso.