Mercredi 22 juillet 1999.
Rio do janeiro.

Nous voilà donc arriver au terme de notre magnifique périple. Nous sommes tous un peu usé physiquement, à vrai dire même aujourd'hui, je ne comprend toujours pas comment nous avons pu faire pour tenir six semaines à dormir 4 heures par nuit tout en marchant, visitant, écoutant toute la journée et ce 7 jour sur 7 : un des multiples mystères de la nature humaine. Mais tous n'est pas fini, il nous reste cette journée à occuper pleinement. La journée est libre, nous avons donc été nous balader où bon nous semblait, certains ont choisi le Maracana, le stade mythique, d'autres ont été se balader sur Ipanema, Leblon etc..Journée paisible.
Le soir, nous avons réservé un restaurant où nous avons mangé comme des rois, un véritable festin. La soirée a duré jusquà l'aube à parler de notre voyage, que ce soit des images qui nous revenaient mais aussi du fait que nous voyagions dans un groupe et que ce type de voyage n'est pas sans poser de problèmes au niveau des relations humaines : difficile de vivre six semaines ensemble sans se prendre le choux comme on dit !

Jeudi 23 juillet 1999
On est encore à Rio mais...ça sent la fin...;-((

Après notre festin de la soirée dernière, nous nous sommes réveilllés à des heures plus que tardives, après un repas tranquille,nous avons commencé à ranger nos affaires, en tenant de rentrer tout le fatras que nous avions accumulé pendant ces six semaines (des cadeaux, des hamacs, etc...). Puis après avoir payé nos notes d'hôtels, je suis parti en compagnie d'Alex voir la petite Nathalie qui reste à Rio pur se reposer de son infection, elle va beaucoup mieux mais le médecin préfère qu'elle reste une semaine de plus en convalescence à Rio. Pascal, informaticien de son état mais aussi pompier va rester avec Nathalie pour veiller sur elle pendant cette semaine. C'est un peu hardos de savoir que nous laissons deux amis sur place.
Nous les quittons et nous nous dirigeons vers l'aéroport de Rio. Nous faisons une escale à São Paulo où j'ai tenté de liquider mes réais en achetant des cartouches de clopes mais ces cons refusent et n'acceptent que les dollars, donc je me retrouve avec 40 réais (soit un peu plus de 170 francs) donc j'achète une bouteille de cachaça avec des dollars mais un japonais a la bonne idée de me foncer dessus, de me renverser et de péter ma bouteille...j'suis vert..!
Nous reprenons l'avion pour Paris CDG, certains dorment, moi j'y arrive pas alors je bois du café, du guarana (que des boissons qui calment les nerfs n'est-ce pas !?) et au bout de 8 heures à tourner en rond sur mon siège, j'arrive enfin à m'endormir et c'est à ce moment que tout le monde décide de se remuer, la carte projetée continuellement sur l'écran nous indique que nous arrivons à proximité des côtes espagnoles, il ne reste plus que quelques heures de vol. Finalement, nous arrivons à Roissy, et en attendant le car, nous allons dans un bar nous ravitailler et là on revient aux dures réalités de la vie française : une pauvre bouteille de coca à 25 balles, ça calme..!
Puis nous prenons notre car direction Rennes, et là pareil, embouteillage sur le périph, font tout pour nous dégouter de la vie ! Au bout de cinq heures nous sommes à Rennes, il fait nuit (il est 23 heures) chacun retrouve sa petite famille,mais nous sommes quelqu'uns à ne pas vouloir partir se coucher, on improvise un petit apéro, après-tout il n'est que 17 heures au Brésil..et nous retrouvons notre chère petite vie nocturne rennaise à revoir les mêmes visages, à écouter le même type de zique et ouais, fallait pas s'attendre à autres chose mais rine n'a changé..

Voilà c'est fini, .. rien à dire de plus sinon que je veux y retourner.

.: back :.