Dimanche 19 juillet 1999.
Picinguaba puis Rio do janeiro.

Nous quittons Picinguaba pensant tous qu'un jour nous reviendrons ici, que ce soit pour notre terrain d'études ou pour le tourisme. Sur le chemin, nous nous sommes arretés dans le magnifique village de Paraty. Cette ville a conservé son architecture originelle, l'architecture coloniale, c'est-à-dire des maisons à façades blanches avec des petites touches de couleurs vives, sur les encadrements de fenêtres, de porte, etc. Cette qualité architecturale ainsi que sa proximité des grandes métropoles que sont Rio et São Paulo en font un des haut lieu du tourisme au Brésil. L'économie de la ville semble entièrement axée sur le tourisme avec une multitude de magasins d'artisanat, de boutiques de souvenirs (on a même trouvé des boules avec le village de Paraty sous la neige...), etc.
Après avoir déambulé dans les rues sous un ciel gris (on est en quand même en hiver ), à contempler l'architecture, à glaner des objets souvenirs pour nos familles (en gros à faire nos touristes), nous avons retrouver le car pour prendre la direction de Rio.
Le trajet se passe bien, nous contemplons le littoral, la Serra do Mar qui nous surplombe et on dort (comme d'hab après une nuit de deux heures...). Nous arrivons finalement à Rio, ça fait tout bizarre de retrouver la civilisation surtout celle là, c'est grand, il y a plein de monde partout, des voitures qui klaxonnent dans tout les sens...disons que c'est un peu déroutant au sortir d'un coin aussi calme et zen que Picinguaba. Mais on est dans la cidade marvilhosa..., et ça, ça calme. Rio fait partie du club restreint des villes mythiques au même titre que Paris, New York, Tokyo, ou Mexico, et puis le cadre est impressionant, les fameux pains de sucre, la forêt dans les hauteurs, les favelas, etc. C'est super grisant.
Nous arrivons finalement à Copacabana. Ça encore c'est du mythe à l'état pur.., les palmiers, les terrains de futebol, les gens qui font du sport dans tous les sens, etc...puis c'est la découverte de notre hôtel, un espèce de machin de dix étages avec une grosse grille et un garde devant. C'est pas beau mais c'est tout près de la plage. Passé le désormais routinier moment de la distribution des chambrées, nous découvrons le lieu, son fonctionnement, etc. Puis c'est la découverte des environs ; de la fameuse praia Copacabana, de l'avenida Altantica, des restaus, des rades etc.
Nous avons tous repris nos tics d'urbains : trouver un plan du métro, du bus, un cybercafé pour constater les dégats de cinq semaines d'absence, etc., et tout ça, ça revient très vite en fait. La suite de la soirée fut consacrée à la dégustation de nombreuses caïpirinhas dans des bars en tous genres sur Copacabana. Puis couché vers les deux heures du mat pour pouvoir se réveilller demain aux aurores (6H30) et profiter de la visite de Rio do Janeiro.